Les données contextuelles génèrent de la valeur

Portées par le volume croissant d’informations générées par les plateformes d’échanges numériques et de données captées par l’Internet des objets (IoT), les analyses contextualisées constitueront une tendance forte en 2016. Cette information contextualisée enrichit les données de l’entreprise avec des métadonnées, telles le terminal utilisé, la localisation, la langue ou le réseau social. Ces marqueurs aident les entreprises à produire des analyses plus fines, à personnaliser leurs produits et leurs services, voire à proposer des actions ciblées. En enrichissant ce contexte, les entreprises pourront offrir une information davantage intégrée et à plus forte valeur ajoutée à leurs employés, leurs partenaires et à tous les citoyens.

A mesure que les contextes s’enrichissent, les cibles virtuelles augmentent

Puisque les données sont enrichies par des éléments de contexte, elles deviennent encore plus précieuses pour l’entreprise – mais aussi pour les cybercriminels. Le risque croissant d’attaques exigera des techniques de nouvelle génération pour la protection du réseau, la gestion des identités et des accès, la gestion du risque, et à présent, la gestion de l’information. Les clouds publics joueront un rôle important dans l’intégration des données contextuelles, et cela devra être inclus dans des architectures de systèmes de sécurité. Des environnements contextuels riches obligeront les entreprises à mener une réflexion particulière autour des niveaux de risques acceptables et des contrôles, dans la mesure où ils partagent un nombre croissant d’informations avec des parties prenantes clés.

L’économie des API est forte

Les entreprises ont découvert le pouvoir des interfaces de programmation (Application Programming Interfaces ou API) et vont continuer de développer leurs applications à partir de celles-ci. Les API favorisent l’accès à l’information et l’échange entre les systèmes, en se présentant comme une “porte d’accès” vers d’anciens systèmes.
Cela permet aux entreprises de combiner des données issues aussi bien d’anciennes que de nouvelles applications. Les API représentent plus qu’un outil de développement ; elles créent de nouveaux canaux pour l’intégration de service, la coordination de l’information et les écosystèmes d’informations partagées. Le cœur d’une stratégie digitale repose sur la démocratisation de l’accès à l’information, et les API jouent un rôle central dans ce processus. Elles sont la clé du développement d’une stratégie d’entreprise innovante qui fournit de l’information contextuelle.

Les DSI : des partenaires pour remettre l’information en contexte

Le DSI s’assurera encore plus que les contrôles et la gouvernance sont en ordre de marche pour gérer l’information. Alors qu’auparavant, les DSI se concentraient plus sur la Technologie que sur l’Information, ils s’attarderont davantage sur le “I” de “IT”, en collaborant étroitement avec les métiers, afin de conduire une transformation digitale axée sur une meilleure information. Ce nouveau type de partenariat (business relationship management ou BRM) aidera les entreprises à accéder à la bonne information et aux technologies adéquates pour prendre de meilleures décisions et lancer des produits compétitifs, rapidement et à grande échelle.

Les acteurs des plateformes d’entreprise continuent de converger

Une autre tendance majeure est la consolidation continue des acteurs des infrastructures technologiques pour l’entreprise. Cette consolidation répond aujourd’hui à la demande du marché pour des solutions novatrices, plus agiles, standardisées et intégrée (telle que l’infrastructure convergée). CSC s’attend à voir de nouveaux produits et des services construits sur des plateformes d’infrastructure de plus en plus spécialisées.

 

10 tendances récurrentes :

Les micro-usines : l’avenir de l’industrie

LTE-U et LiFi en complément du WiFi

Des SSD de 16 To et plus

Les premiers pas de la voiture autonome française

La réalité virtuelle s’invite dans les entreprises

Le machine learning au service des métiers

Architecture microservices : vers une évolution d’un modèle de développement

– Processeurs : la lente migration du silicium au carbone

– Cybersécurité : vers une analyse comportementale des utilisateurs

– Gouvernance des big data : les outils seuls ne suffisent pas

 

2015 aura été une année bénéfique pour le marché de l’informatique qui a progressé de 2,1 % en France, représentant plus de 50,5 milliards d’euros. Le marché se montre optimiste pour 2016 avec une croissance d’environ 3 %. Cette croissance semble logique lorsque l’on observe la révolution numérique qui se déroule depuis plus de 15 ans. Néanmoins, les comportements des consommateurs tendent à changer dans cet univers en constante transformation et mènent à de nouvelles tendances. Voici les tendances sensibles d’être misent en avant en 2016.

La cyber-sécurité sera une tendance mise en avant du sentiment d’insécurité qui s’est intensifié en France par les attentats de Charlie Hebdo en Janvier et les assauts terroristes de Novembre dernier.

En effet, après l’attaque du QG du journal satirique les 7 Janvier, le gouvernement a proposé une loi permettant aux autorités publiques d’avoir une faculté de surveillance accrue sur les boites noires des entreprises. Malgré les contestations des défenseurs des libertés civiles et des entreprises, cette loi a été adoptée le 16 Avril 2015 par l’assemblée nationale

On en conclu qu’avec les attaques physique et les cybers attaques en augmentation en 2015, que es logiciels spécialisés dans la cyber-sécurité connaitront un succès notable en 2016

 

Le monde de la RV s’ouvre en 2016

Les appareils de réalité virtuels ne sont pas nés hier. En effet, Nintendo a tenté sa chance dans les années 1990 avec le Virtual boy, un des premier équipements de réalité virtuel avec un affichage stéréoscopique pour le monde du jeu vidéo. Malheureusement pour le géant nippon, le Virtual Boy s’avéra être un échec commercial (Seulement 800 000 ventes au niveau mondiale) et critique. Il était reproché au Virtual boy de provoqué des nausées ou des maux de têtes, en plus d’être très limité techniquement (Seulement 2 couleurs, peu d’immersion)

De nos jours, la révolution numérique a permis d’aider cette technologie à se développer fortement et à améliorer ses résultats. Les géants ont tous comme projet de lancer sur le marché leur propre casque de réalité virtuelle sur le marché. Samsung est le premier, avec le Samsung Gear VR sorti en Novembre dernier, pour un prix compétitif de 100 euros. D’autres grandes entreprises telles que Facebook (Occulus rift), Sony (Morpheus) ou encore Microsoft (Hololens) lanceront sur le marché leur casque RV, provoquant ainsi un changement dans le monde du jeu vidéo…et dans le quotidien des entreprises.

Oui, certaines entreprises préfèrent mettre en place un système de réalité virtuelle à destination du monde professionnel, en particulier Microsoft, qui a décidé de faire d’Hololens le futur équipement essentiels dans le monde de l’architecture mais aussi dans le monde médical.

Le wearable tech : Le numérique qui va presque nous coller à la peau

La wearable technology est représentée par des objets du quotidien comportant des fonctions informatiques ou des pièces numériques. Les plus célèbres d’entre eux sont l’I Watch d’ Apple et les très controversées Google Glasses. Néanmoins, on compte aussi dans cette catégorie les chandails numériques, utilisés pour surveiller les pulsations cardiaques d’un patient à distance dans le domaine médicale

Grappillant petit à petit des parts de marché, cette nouvelle tendance technologique risque de s’imposer très rapidement dans les 5 prochaines années. En 2014 en France, 1 personne sur 2 considérait ce genre de technologie comme encore «  absurde ». Néanmoins, Des études menées par le e-marketer montrent que 39,5 millions d’américains portaient au moins une fois par mois un appareil appartenant à la catégorie de la wearable technology. Cette même étude prévoit d’ailleurs qu’en 2019, 86,7 millions des américains auront adoptés ce nouveau mode technologique.

La majorité des personnes interrogées dans cette étude expriment l’utilité principale de ces objets est liée à leur activités sportive. Évaluateur, coach, des appareils comme l’I Watch séduisent les pratiquants d’une activité sportive régulière.

Cependant, il est aussi à noter que ces appareils, grâce à leur succès actuel, intègreront de nouvelles fonctions qui risqueront d’attirer des tranches de client plus large, tel que les personnes âgées de plus de 60 ans, comme des régulateurs de santé.
A noter aussi que cette technologie reste relativement jeune, et n’est, en général, pas encore dotée des fonctions les plus appréciées chez les utilisateurs de Smartphones ou de tablettes : Les applications.

Le développement des applications sur les appareils de la wearable technology aidera sans aucun doute les I Watch, déjà concurrencées par Samsung ou Sony, et les Google glass, à s’imposer sur le marché et à changer notre mode de vie.

 

Et ce n’est pas tout…

 

Ces 3 tendances majeures ne sont pas les seules qui se révèleront en 2016. Nous regarderons de très près les premiers pas de la première voiture autonome française, le développement du LTE-U ou du Lifi, fonction complémentaire du Wifi. Mais le symbole de cette nouvelle année sera le début de l’intégration du numérique avec les humains, une ère qui transformera complètement notre mode de vie et notre vision sur la nouvelle technologie.

http://www.globalsecuritymag.fr/Qualys-Labs-Cybersecurite,20151221,58518.html

You may also like